9 août 2016

Rétrospective no 2 - Années 1967-1976


Complexe Desjardins

Usine d’assainissement des eaux de la Ville de Montréal (CUM)

Rétrospective précédente

Pageau Morel et associés inc. fête cette année ses 60 ans! Pour marquer l’événement, six rétrospectives de l’histoire de Pageau Morel, organisées par tranches de 10 ans, seront publiées pour présenter l’évolution de la firme depuis ses débuts et les projets phares ayant marqué son histoire. N’hésitez pas à vous inscrire au blogue en cliquant ici pour ne manquer aucun article.

De 1967 à 1976, Pageau Morel continue de se faire connaître grâce à la réalisation de deux grands projets : le Complexe Desjardins et le Stade olympique. Après avoir été retenue pour la réalisation de l’ingénierie mécanique du Stade olympique, Pageau Morel reprend le flambeau d’une autre firme afin de compléter l’ingénierie électrique à temps pour les Jeux olympiques.

1967

Après plus de 3 ans d’intenses activités de construction, l’Exposition universelle de 1967 ouvre ses portes et remporte un vif succès.

Pageau Morel connaît la même fébrilité que les années précédentes en réalisant plus de 72 nouveaux projets, dont le palais de justice de Montréal; le kiosque pour la Tunisie à l’Expo 67; les Laboratoires Octo à Laval, en collaboration avec le bureau de Hull; l’hivernage des pavillons de l’Allemagne et de la France; le Collège Stanislas, le camping de Sainte-Agathe, un des premiers au Québec, et la Chancellerie canadienne à Belgrade. Le bureau de Hull n’est pas en reste en menant à bien plus de 47 nouveaux projets similaires à ceux réalisés dans les années précédentes, soit des caisses populaires, des écoles, des églises, etc.

Pageau Morel compte maintenant 28 employés à Montréal et 11 employés à Hull.

1968 à 1970

En 1968, Pageau Morel réalise de nouveaux projets de grande envergure, comme le Collège Maisonneuve, le Pavillon Culture Physique et le Complexe scientifique à Québec. L’entreprise collabore également à l’Opération 300, un projet de construction de 300 logements à loyer modique dans l’Est de l’île de Montréal.

En 1969 et en 1970, Pageau Morel œuvre à la construction de plusieurs caisses populaires et restaurants Burger King. De nombreux projets sont également réalisés à l’Institut de microbiologie (Institut Armand-Frappier) et dans les bureaux de La Presse.

En 1970, la firme réalise également la modernisation de la salle de bal du Château Frontenac à Québec et la première phase de la construction de l’usine d’IBM à Bromont.

1971

L’année 1971 marque le début de la grande aventure du Complexe Desjardins pour Pageau Morel. La construction de cet imposant immeuble du centre-ville, alors appelé la Place Desjardins, se met en branle en consortium. Le projet d’une superficie brute de 397 360 m2 est composé de trois tours de bureaux, d’un hôtel de 600 chambres et d’une structure basilaire de deux niveaux. Les tours Nord, Est et Ouest comptent respectivement 27, 32 et 40 étages. Pour la préparation des plans du projet, l’équipe de conception a dû choisir entre la mine de plastique et l’encre. Finalement, les plans ont été réalisés à la plume, ce qui s’est avéré être une excellente décision puisqu’ils ont été utilisés pendant plus de 25 ans pour montrer les différentes modifications et les aménagements du Complexe Desjardins. Encore aujourd’hui, de nombreux projets de construction et de mise aux normes y sont réalisés par Pageau Morel.

Un autre grand projet a démarré en 1971, soit l’ambassade du Canada à Belgrade en Yougoslavie, un des projets préférés de Marcel Pageau.

1972-1973

La fièvre des Jeux olympiques s’empare de Montréal et le projet de construction d’un parc olympique d’une superficie d’environ 490 000 m2 se met en branle. Les services de Pageau Morel sont retenus pour réaliser l’ingénierie mécanique du Stade olympique. Les employés de la firme sont ainsi répartis dans deux grands bureaux de projets, un pour le Stade olympique et l’autre pour le Complexe Desjardins. Les bureaux de la firme sont presque déserts.

1974

Le projet de l’usine d’assainissement des eaux de la Ville de Montréal (CUM) débute en 1974 et se poursuit ensuite pendant plusieurs années. En plus d’être responsable d’établir les normes relatives au choix des matériaux électriques et de normaliser le devis, Pageau Morel était chargée d’implanter un réseau de distribution électrique et un réseau de secours de six groupes électrogènes.

L’été 1974 marque l’arrivée chez Pageau Morel de M. Roland Charneux, actuel vice-président exécutif de la firme. Il a travaillé sur le projet du Stade olympique pendant les étés 1974 et 1975 avant de se joindre à l’équipe de façon permanente en 1976.

1975-1976

À moins d’une année des Jeux olympiques, on demande à Pageau Morel de prendre la relève d’une autre firme afin de compléter à temps l’ingénierie électrique du Stade olympique. L’entreprise accepte de relever ce gigantesque défi pour que le rêve olympique se concrétise, et ce, même si plusieurs autres bureaux ont refusé le mandat prétextant que le tout n’était pas possible.

En 1975, après deux grèves des ouvriers et une montée importante des coûts des matériaux de construction, le chantier du Stade olympique prend beaucoup de retard. Grâce à la création de la Régie des installations olympiques (RIO), qui reprend la gestion des travaux, et à l’utilisation de pièces de béton préfabriquées, le Stade est finalement prêt à temps pour les Jeux. Il demeure toutefois inachevé : les gradins sont temporaires, l’aménagement paysager n’est pas entièrement complété et le mât s’arrête à 59 mètres. Celui-ci ne sera d’ailleurs achevé qu’en 1984 pour atteindre une hauteur de 175 mètres.

Les Jeux olympiques de Montréal, accueillant plus de 6000 athlètes, s’ouvrent enfin le 17 juillet 1976 devant plus de 76 000 spectateurs.

La construction du Complexe Desjardins est complétée graduellement à partir de 1975. L’entrée du premier locataire a lieu au printemps 1975 et une première tour est terminée durant l’été. À l’automne, la Place Desjardins et les boutiques sont inaugurées. Finalement, au printemps 1976, l’Hôtel Méridien ouvre ses portes.

Rétrospective suivante

Catégorie(s) : Études de cas, Événements