17 mai 2016

Rétrospective no 1 - Années 1956-1966


Marcel Pageau et Guy Morel, fondateurs de Pageau Morel

Pavillon de la France, Expo 67

Station Beaubien du métro de Montréal

Pageau Morel et associés inc. fête cette année ses 60 ans! Pour marquer l’événement, six rétrospectives de l’histoire de Pageau Morel, organisées par tranches de 10 ans, seront publiées pour présenter l’évolution de la firme depuis ses débuts et les projets phares ayant marqué son histoire. N’hésitez pas à vous inscrire au blogue en cliquant ici pour ne manquer aucun article.

De 1956 à 1966, Pageau Morel réussit à se bâtir une certaine notoriété. L’entreprise connaît une forte croissance en passant de 2 employés en 1956 à 39 employés en 1966, et ce, dans deux régions, soit Montréal et Hull-Ottawa. Parmi les projets phares de la décennie, mentionnons l’Institut Dominique Savio, l’Institut de microbiologie de Montréal, les stations de métro Beaubien et Laurier, le palais de justice de Montréal et de nombreuses constructions pour l’Exposition universelle de 1967.

Les fondateurs

Marcel Pageau (1921-2008) termine ses études en ingénierie à l’École Polytechnique de Montréal en 1943. Il amorce sa carrière comme ingénieur en transmission chez Bell Canada avant de se tourner vers le domaine du génie-conseil en 1945 en rejoignant l’entreprise Leblanc et Montpetit.

Guy Morel (1927-1980), quant à lui, obtient un diplôme de l’École Polytechnique en génie mécanique et électrique en 1950 à l’âge de 22 ans. Suivant sa graduation, il est embauché par la firme d’ingénieurs Leblanc et Montpetit, où il fera la rencontre de Marcel Pageau.

1956

Marcel Pageau et Guy Morel fondent l’entreprise Pageau Morel le 1er mai 1956 avec un investissement de 400 $ pour le mobilier et de 200 $ pour la petite caisse. Leur bureau était situé au sous-sol de la résidence de Marcel Pageau, au 110, rue Liège Ouest à Montréal.

En 1956, Pageau Morel compte un employé à temps plein, Marcel Pageau, et un employé à temps partiel, Guy Morel.

1957

Guy Morel quitte son deuxième emploi et se joint à Pageau Morel à temps plein. Les deux associés s’installent dans leurs nouveaux bureaux, un logement de cinq pièces situé au 8527, boulevard Saint-Laurent. Le salon double et la chambre servaient d’atelier de dessins de six tables, la cuisine logeait deux tables à dessin supplémentaires et le petit bureau a été converti en secrétariat. Dans la salle de bain, on avait installé dans la baignoire un meuble à casiers utilisé pour le rangement des plans. Pageau Morel œuvrait principalement à de petits projets de rénovations, d’agrandissements et d’estimations, incluant un hôpital à Hawkesbury.

Cette année-là, le Cardinal Léger organise La Grande Corvée dans le but d’amasser des fonds et de recruter de la main-d’œuvre bénévole pour des projets à l’hôpital Saint-Charles-Borromée, à l’Institut Dominique Savio et au Foyer de la Charité. Marcel Pageau participe à cette campagne de sollicitation comme vice-président du secteur Villeray-Ahuntsic. Dans le but d’œuvrer à ces projets, Marcel Pageau et Guy Morel offrent leurs services professionnels bénévolement au Cardinal Léger, qui leur accorde le contrat de l’Institut Dominique Savio. L’Institut était situé dans un immeuble vétuste de la rue Sainte-Catherine Ouest, emplacement actuel de la Place des Arts. Il s’agit du premier projet d’envergure pour Pageau Morel.

1958

Quatre nouveaux employés se joignent à l’équipe. En 1958, Pageau Morel réalise 84 projets, incluant des écoles, des églises, des petits immeubles de bureaux, des résidences, un centre de curling, une salle de quilles et des caisses populaires. L’entreprise a également participé à l’agrandissement de l’Externat classique Sainte-Croix, l’actuel Collège de Maisonneuve, et au projet du Collège Saint-Paul, qui deviendra plus tard le pavillon Saint-Paul du Collège de Bois-de-Boulogne.

1959

En 1959, Pageau Morel est impliqué dans plus de 153 projets, dont un centre commercial à Sainte-Rosalie. Pour ce projet, Guy Morel innove en utilisant des tubes de carton encastrés dans le plancher de béton comme gaine de chauffage à air. Le personnel technique compte maintenant six membres.

1960

Une centaine de projets sont réalisés cette année-là, principalement des expertises, des estimations et des rénovations. Les plans d’un couvent à Prince Albert, en Saskatchewan, sont conçus par Pageau Morel pour les sœurs de la Présentation de Saint-Hyacinthe. Le chauffage est au gaz naturel et le climat rigoureux fait en sorte que les canalisations et les fondations doivent être enfouies à 11 pieds dans le sol.

Dans la région de Hull-Ottawa, Pageau Morel œuvre à une dizaine de projets.

1961

En 1961, Pageau Morel, qui compte maintenant 11 employés, se voit octroyer le projet de l’Institut de microbiologie de Montréal situé à Laval-des-Rapides. L’équipe mènera à bien de nombreux autres mandats à l’Institut dans les années suivantes. Parmi les projets réalisés par la firme cette année-là, mentionnons l’école Polyvalente Mont-Rolland, l’Hôpital de Beauceville, la prison de Bordeaux, la prison Tanguay pour femmes et la station piscicole de Saint-Faustin. De nombreux contrats sont exécutés dans la région de Hull-Ottawa, ce qui pousse Pageau Morel à ouvrir un bureau sur la rue Kendall à Ottawa qui servira de point de chute pendant quelque temps. À la fin de l’année, on décide d’installer des employés permanents dans la région. Philippe Lefebvre devient associé et s’installe de façon permanente dans l’Outaouais.

1962

Plus de 80 projets sont réalisés cette année-là, dont plusieurs églises, caisses populaires, collèges et couvents, en plus des stations de métro Laurier et Beaubien. En mai 1962, Pageau Morel déménage au 8585, boulevard Saint-Laurent dans de plus grands bureaux. Sept nouveaux employés se joignent à l’équipe.

1963

Neuf nouveaux employés sont embauchés à Montréal et deux, à Hull-Ottawa. La firme réalise le projet de l’église Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle et plusieurs caisses populaires.

1964

Pageau Morel participe à la construction du nouveau palais de justice de Montréal. Au départ, l’édifice devait compter 38 étages, mais la hauteur du bâtiment est contestée pour le paysage du Vieux-Montréal. Après un temps d’arrêt, le projet redémarre sous la forme d’un immeuble de 19 étages.

Le premier projet de Pageau Morel pour l’Exposition universelle de 1967 démarre en 1964. Il s’agit d’un stade ouvert construit par sections modulaires en béton contraint. L’éclairage du terrain est assuré par 32 tubes de 10 000 watts au gaz Xénon.

Six nouveaux employés se joignent à l’équipe de Montréal et quatre, à celle de Hull-Ottawa.

1965

Les projets de construction pour l’Expo 67 battent leur plein. Les échéanciers de réalisation sont très courts et immuables, créant une année d’intenses activités pour la firme. Pageau Morel participe à la construction du Pavillon de la France, qui deviendra le Casino de Montréal, du Pavillon de l’Allemagne, qui est démoli plus tard pour permettre la construction du bassin olympique pour les Jeux de 1976, du Pavillon de la Tunisie, de la maison modèle Expo 67 et des trois bâtiments de sécurité de l’île Notre-Dame et de l’île Sainte-Hélène qui serviront de bureaux pour la police et de cliniques d’urgence.

Le bureau de Montréal réalise également plusieurs autres projets, incluant l’édifice Place d’Armes, le siège social de la Banque canadienne Nationale, l’Usine Québec Tools Corporation et l’Hôtel La Sapinière à Val-David. De son côté, le bureau de Hull œuvre à plus de 48 projets, dont des arénas, des écoles, des banques, des caisses populaires, des églises et des mandats à l’Université d’Ottawa. L’équipe de Montréal compte maintenant 28 employés et l’équipe de Hull-Ottawa, 11 employés.

1966

En plus des projets en cours reliés à l’Expo 67, Pageau Morel réalise 65 nouveaux mandats durant l’année, dont une usine à Saint-Hyacinthe, des caisses populaires, l’aménagement d’une discothèque dans d’anciennes voûtes souterraines des Sœurs Grises et une expertise en ventilation pour le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Pour l’Expo 67, Pageau Morel réalise la Maison Châtelaine, la Place de l’Afrique, le Pavillon de l’Industrie et du Commerce (section Hydro-Québec) et le Jardin d’enfance pour la ville de Vienne. De son côté, le bureau de Hull-Ottawa met en œuvre plus de 35 projets d’écoles, d’églises et d’immeubles de bureaux, incluant la Cité étudiante de Hull et l’Université d’Ottawa.

Lire la suite

Catégorie(s) : Études de cas, Événements